profile

Myriam de Talent Fou

👻 ⇢ 🤩 Décrocher une promotion en six mois

published6 months ago
4 min read

Temps de lecture estimé: 5 minutes

Tu as peut-être déjà été témoin de ça dans ta carrière: deux professionnels qui arrivent en même temps dans ton organisation. Grosso modo, ils ont le même niveau d’expérience. Mais six mois plus tard, l’un d’entre eux obtient sa première promotion… et pas l’autre!

C’est arrivé récemment à mon amie Sophie. Nouvellement conseillère dans une organisation parapublique, elle est arrivée en poste deux semaines après Pierre-Luc, pour faire sensiblement le même travail.

Ultra-motivée, Sophie voulait faire ses preuves rapidement chez son nouvel employeur et éventuellement décrocher un poste de gestionnaire. Bien vite, sa carrière et celle de Pierre-Luc ont pris des chemins différents.

Après trois semaines seulement, Sophie était déjà pleinement fonctionnelle dans son rôle. Elle avait autant de dossiers à gérer que les autres membres de l’équipe. Même si elle ne savait pas tout et qu’elle doutait parfois d’elle-même, elle se lançait à l’eau et prenait graduellement des projets plus complexes en charge, quitte à demander de l’aide à ses collègues, qui se faisaient un plaisir de partager leur expertise avec elle. Pierre-Luc, lui, avait levé la main pour des projets techniques, qui avaient peu de retombées pour l’organisation et qui ne lui donnaient aucune visibilité.

Alors que Sophie pédalait pour s’intégrer rapidement et faire sa part dans l’équipe, Pierre-Luc, lui, continuait de répéter à tout le monde qu’il était encore nouveau dans l’organisation. Son agenda, en libre-accès pour favoriser la collaboration au sein de l’équipe, était presque toujours vide, alors que toute l’équipe était dans une période de rush. Pierre-Luc prenait toujours bien soin de mentionner en réunion qu’il était disponible pour aider les autres. Mais ça donnait surtout l’impression aux collègues de Sophie qu’il ne faisait rien de ses journées.

Alors que Sophie avait rencontré rapidement tous les membres de son équipe pour forger des relations de confiance, Pierre-Luc, lui, était déjà en chicane avec la conseillère la plus expérimentée et la plus influente, après 3 mois à peine. En réunion, on voyait fréquemment l’équipe rouler des yeux parce que Pierre-Luc tentait de régler un détail avec son gestionnaire alors que ça ne concernait pas les autres. Il monopolisait le temps de parole et faisait systématiquement dévier la conversation, ce qui avait le don de taper sur les nerfs de tout le monde.

Après quatre ou cinq mois, Sophie est rapidement devenue le bras droit de son gestionnaire. Pas étonnant: elle faisait l’unanimité dans l’équipe. Ses clients et partenaires appréciaient tellement ses conseils qu’ils exigeaient de l’avoir avec eux sur les projets les plus importants. Comme elle avait développé une excellente capacité à lire son environnement de travail, son boss savait qu’il pouvait lui confier des dossiers complexes et délicats.

Devine ce qui est arrivé? Une chaise s’est libérée dans l’organisation. Le gestionnaire de Sophie a pris cette place… et il lui a offert son ancien poste, qu’elle a accepté avec joie! 🤩 Elle n’a même pas eu besoin de faire une entrevue de sélection. Le rêve!

Après seulement six mois, Sophie avait déjà obtenu la promotion qu’elle convoitait. Parmi les quinze membres de l’équipe, il y en avait quelques-uns qui n’aspiraient pas à la gestion ou qui étaient trop juniors pour prendre le rôle. Mais quand même, parmi tous les membres de l’équipe, c’était elle que son gestionnaire avait choisi. 👍

En vue de faire une transition efficace, le gestionnaire de Sophie lui a confié qu’il avait des doutes sur les compétences de Pierre-Luc. « À chaque fois que j’essaie de lui donner du feedback, il est sur la défensive. On dirait qu’il cherche plus à se justifier qu’à s’améliorer. Sa période de probation achève, je me demande si on devrait le garder. »

Maintenant, Sophie est la gestionnaire de Pierre-Luc. Je t’avoue qu’elle me demande conseil régulièrement pour que je l’aide à gérer son « employé difficile ». 😅

À ton avis, pourquoi Sophie a-t-elle réussi à se positionner aussi bien, en seulement 6 mois, pour devenir gestionnaire… alors que Pierre-Luc n’a pas réussi?

Je vois plusieurs choses, mais je les résumerais en trois points:

Confiance: Sophie s’est assurée de créer une connexion avec son gestionnaire, ses clients et ses collègues de travail. Pierre-Luc, lui, n’hésitait pas à entrer en conflit avec les autres — et souvent pour des détails sans importance.

Compétence: Sophie a pris en charge des projets complexes et stratégiques pour l’organisation, ce qui la positionnait comme une joueuse clé. Pendant ce temps, Pierre-Luc sortait l’excuse du « p’tit nouveau » pour éviter de se placer dans des dossiers difficiles et utilisait son temps de parole pour des niaiseries en réunion.

Attitude: Sophie s’est retroussée les manches pour apprendre, quitte à sortir de sa zone de confort et à se sentir parfois insécure. Pierre-Luc, lui, protégeait son égo en se justifiant lorsqu’il était critiqué.

La confiance que Sophie a su créer, la compétence qu’elle a bâtie et son attitude axée sur l’apprentissage ont donné à Sophie la crédibilité dont elle avait besoin pour devenir gestionnaire.

C’est une histoire vraie, mais je suis consciente qu’elle représente deux extrêmes: un professionnel qui a la mauvaise attitude, et un autre qui se distingue justement par son excellente attitude.

En réalité, la plupart des aspirants leaders que j’accompagne se retrouvent quelque part entre Pierre-Luc et Sophie. Toi, tu te situes où?

Peu importe de qui tu es le plus proche — l’important, c’est d’identifier le « Pierre-Luc move », le comportement qui nuit le plus à ta crédibilité comme leader et que tu as tendance à répéter. Celui qui nuit le plus à ton ascension vers le leadership. Bref, le fameux goulot d’étranglement dont je te parlais il y a quelques mois! Tu te souviens?

As-tu besoin de travailler sur la confiance que tu crées avec tes collaborateurs? Sur ta compétence? Sur ton attitude face au développement et à la critique?

Peu importe c’est quoi, je te mets au défi de répondre à ce courriel en me disant exactement ce que tu vas changer (confiance, compétence, attitude) pour te rapprocher de ton rêve de devenir gestionnaire.

À bientôt!

Myriam

PS — Si tu as apprécié cet email, tu vas probablement aimé mon article sur les 10 secrets de ceux qui décrochent une promotion.

PPS — Va voir mon post LinkedIn de la semaine pour mon meilleur conseil, en bonus. 👍